Le crowdfunding

Le Crowdfunding

Des investissements éthiques

Beaucoup d’épargnants souhaitent placer leurs économies tout en donnant du sens à cet investissement. Certains produits financiers garantissent à l’épargnant qu’une partie des intérêts du capital placé sera bien utilisée, au profit d’actions d’entraide, et de projets durables.

Voici un tour d’horizon des opportunités d’investissement par le crowdfunding pour les épargnants. Les plateformes spécialisées dans ce domaine offrent de plus en plus de garanties aux épargnants désireux d’investir dans le financement participatif.

Les divers types de plateformes

D’innombrables plateformes de crowdfunding ont émergé au cours des dernières années. Celles-ci se différencient par le type de soutien aux projets, et leurs modes d’investissements ou types d’épargne proposés.

Ces opportunités se classifient en trois catégories de financements :

  • Des plateformes recueillant des dons et des contributions. Des contreparties diverses peuvent être offertes, comme des billets de concert, des produits comme des DVD ou des royalties (redevances).
  • Des plateformes de prêts, comportant des versements d’intérêts ou encore sans intérêts.
  • Des plateformes d’investissement, qui prennent la forme d’une souscription de titres ou de capital d’une entreprise.

Le financement par la voie d’un don

Les plateformes qui recueillent des dons regorgent de suggestions de projets. Il suffit de choisir en fonction de ses valeurs et intérêts pour un domaine en particulier. D’autres se laissent porter par leurs goûts, convictions, ou visions de l’avenir.

Les fonds sont recueillis sur un compte ouvert au nom des gestionnaires du projet, auprès d’une banque ou d’un autre type de teneur de compte. Les fonds récoltés ne sont remis aux gestionnaires de projets qu’à condition que la totalité des contributions nécessaires aient été réunies ou que l’objectif de dons ait été atteint.

Ces participations s’élèvent en moyenne à 50 euros par donataire, pour des projets financés à la hauteur de 2 000 à 5 000 euros. Parfois, cela donne lieu à une contrepartie versée en nature (par des produits ou billets de spectacle) ou numéraire (par une participation aux bénéfices du projet).

Le financement par prêt

Les montants de soutien obtenus par la voie de financement par prêts s’avèrent plus conséquents que dans le cas des dons. Une autre différence importante est que l’épargnant est remboursé. Il peut s’agir d’emprunteurs qui consistent en des personnes morales ou physiques.

Les plateformes qui sollicitent la participation d’emprunteurs moyennant des intérêts proposent de soutenir un projet concret, tout en faisant fructifier l’épargne. La transparence est cruciale concernant l’utilisation des fonds prêtés.

Les rendements s’avèrent attractifs, allant souvent jusqu’à plus de 10%. Cependant, cette façon d’investir comporte des risques non négligeables, car il arrive que l’emprunteur ne parvienne pas à rembourser les fonds engagés.

Par ailleurs, cela implique que l’épargne sera bloquée pendant plusieurs mois, voire de nombreuses années (en moyenne entre 6 mois à 2 ans).

Le financement par investissement au capital

Ce type de contribution par souscription à une portion de capital (par des actions), consiste à soutenir des entreprises qui démontrent un potentiel de croissance exponentielle.

À terme, l’épargnant s’attend à recevoir une plus-value des sommes investies, qui proviendra de la revente des parts acquises à de nouveaux investisseurs, ou par des succès considérables de stratégies de développement commercial (par exemple, des startups en nouvelles technologies).

La plupart des entreprises qui se prémunissent de ce mode de financement sont prêtes à céder entre 5 à 30% de leur capital, dans le but de récolter entre 100 000 et 500 000 euros. Les sommes moyennes investies par des particuliers s’élèvent entre 500 et 1 000 euros. Cette formule plus risquée constitue néanmoins celle offrant le plus de rentabilité.

En quoi consiste l’assurance-prêteur ?

Les plateformes de crowdfunding ont noué des partenariats avec des compagnies d’assurance afin de crédibiliser leurs activités, et ainsi parvenir à mieux rassurer les épargnants et prêteurs potentiels.

Parmi les services les plus populaires, on trouve l’assurance-prêteur. Ce type de protection couvre l’épargnant contre les risques liés à divers types d’investissements.

Avant d’investir dans le financement participatif, informez-vous auprès d’experts en assurance afin d’y voir plus clair parmi les offres proposées par des plateformes. N’hésitez pas à vous référer à l’annuaire de notre site pour les repérer rapidement.

Pour en savoir plus :

Articles en relation