Investir pour payer moins d’impôts

Investir pour payer moins d'impôts

L’investissement immobilier pour payer moins d’impôt

La recherche de l’allègement fiscal est un objectif qui va dans l’intérêt de bon nombre de contribuables. Pour y parvenir et bénéficier d’un traitement fiscal abordable, plusieurs moyens existent. Parmi ceux-ci, se trouve l’investissement immobilier. Par ces temps de crise, l’immobilier reste une valeur refuge grâce à laquelle il est possible de réaliser de considérables économies. De plus, à la faveur des lois de défiscalisation mises en place par le gouvernement, l’immobilier devient un atout majeur pour réduire ses impôts. En ce sens, il existe plusieurs lois, dont la loi Pinel qui est certainement la plus connue.

La loi Pinel est un dispositif de défiscalisation prolongée de 4 ans par la loi des finances 2018, et qui permet de déduire dans une limite d’investissement de 300.000 euros, jusqu’à 21% du prix de 2 logements au maximum. Le contribuable bénéficie donc d’une réduction d’impôt s’étalant sur 6 à 9 ans, avec possibilité d’extension jusqu’à 12 ans. Il va de soi que dans ces conditions, il va globalement payer moins d’impôts, pour peu qu’il s’agisse d’un bâtiment à basse consommation. En plus du dispositif Pinel, il faut compter :

  • la loi Bouvard (pour obtenir jusqu’à 11% de réduction),
  • la loi Malraux (30% de réduction sur les dépenses pour des immeubles en secteur sauvegardé, et 22% pour les immeubles situés en ZPPAUP),
  • la loi sur la location meublée,
  • la loi sur les monuments historiques,
  • la loi Girardin.

Autres types d’investissement pour payer moins d’impôts

Outre l’immobilier, il est possible de réduire ses impôts en envisageant d’investir dans d’autres domaines ou d’opter pour d’autres moyens qui font bénéficier d’importants allègements fiscaux. Cela est possible en investissant par exemple dans :

  • le capital d’une PME,
  • la production cinématographique (Sofica).

Vous pouvez aussi y arriver en :

  • achetant un véhicule non-polluant,
  • faisant des dons à des œuvres caritatives ou à un organisme d’intérêt général ou reconnu d’utilité publique,
  • générant un crédit d’impôt avec des aides à domicile,
  • effectuant des travaux d’économie d’énergie,
  • optant pour les SCPI,
  • créant un déficit foncier.

Dans le cas des travaux d’économie d’énergie, est accordé au contribuable un crédit d’impôt, permettant de déduire des impôts une partie des dépenses effectuées pour la rénovation énergétique dans une résidence principale achevée depuis plus de 2 ans. Mais à partir de 2019, ce crédit d’environ 30% des dépenses sera transformé en prime versée dès l’achèvement des travaux.

En ce qui concerne les dons à un organisme d’intérêt général, le contribuable donateur bénéficie d’une déduction d’impôts de 66% des sommes versées, avec une réduction de 20% du revenu imposable. Quant aux dons à un organisme d’aide gratuite aux personnes en difficulté, les réductions sont de :

  • 75% de la somme donnée jusqu’à 531 euros, avec une réduction d’une limite de 399 euros pour les versements effectués en 2017,
  • 66% au-delà de cette limite, avec 20% de réduction maximale sur le revenu imposable.

Pour en savoir plus sur ces différents moyens permettant de payer moins d’impôt, consultez notre annuaire pour bénéficier des orientations données par des professionnels en la matière.

Pour en savoir plus :

Articles en relation